> Publications : Les Cahiers n°3 sont disponibles aux Archives municipales de Carmaux, à l'Office d'animation du Carmausin et à la Librairie du Coin Dulac et à la Maison de la Presse. Les Cahiers n°2 sont toujours disponibles, contrairement aux Premiers Cahiers qui sont épuisés dans certains lieux de vente.


> Retrouvez l'actualité de l'association sur la page Facebook : www.facebook.com/histoireetpatrimoineducarmausin

La rue Jacques Virazels

Quartier de l’école Jean Jaurès. La rue rejoint le boulevard Charles de Gaulle à la rue Thiers.

   Jacques Virazels était un jeune carmausin, combattant volontaire d’un maquis du Tarn-et-Garonne.
"Il participe à de nombreuses actions contre l’armée allemande. Lors d’une embuscade particulièrement violente, les maquisards doivent décrocher. Malheureusement, Jacques Virazels est grièvement blessé à une jambe. Handicapé, il croit échapper à l’envahisseur en se cachant dans un fossé. Hélas ! Il est fait prisonnier et malgré sa grave blessure, il est ramené sans ménagement au village où cantonne l’unité allemande (sûrement Nègrepelisse). Et là, sur la place publique, il est froidement fusillé (1944)."
Témoignage d’un camarade de combat. M.C.
   Ses parents habitant dans cette petite rue, c’est naturellement que le conseil municipal décide de la « baptiser ».

   Auparavant cette ruelle se nommait Chemin de la Verdure. Elle permettait de se rendre depuis la rue de la Croize (rue Thiers) à la ferme de la Verdure et à la ferme Vergnes dans le domaine de la Sérinié (propriété de Serin), aujourd’hui parc Jean Jaurès.
   Plus tard, suite à un projet d’urbanisation – élargissement de la rue Marengo. Elle se nomma rue Traversière. Cette rue, après démolition prévue de quelques maisons, aurait permis de « traverser » Carmaux par un grand axe parallèle à la route de Valdériès, aujourd’hui Jean-Baptiste Calvignac.
   Aujourd’hui, le grand boulevard est fait. C’est le boulevard J.F. Kennedy. La ruelle n’a pas été modifiée et s’appelle toujours rue Jacques Virazels.


Documentation : Archives municipales de Carmaux
Pierre Santoul

D'autres histoires de rues sont à retrouver dans notre première publication 
"Les Premiers Cahiers", sortie :  fin mai 2012.